Recadrer un collaborateur n’est pas la partie la plus appréciable ni appréciée du management. Au contraire, managers et dirigeants redoutent bien souvent cette étape autant que le collaborateur en question.

Alors, les interrogations fusent : dois-je me montrer ferme ou bien faire preuve de diplomatie ? Comment puis-je faire passer mon message efficacement ? Dans quelle mesure dois-je faire preuve d’autorité ?

Chez Histoire de Réussir, nous pouvons vous aider dans vos questionnements. Laissez nos experts vous guider et vous donner quelques conseils sur le sujet.

A quel moment recadrer un collaborateur ?

Managers et dirigeants, le recadrage d’un collaborateur ne doit pas être systématique ni intempestif. En effet, la première idée est que chacun a le droit à l’erreur : c’est en faisant que l’on apprend, et bien souvent, on apprend davantage de ses erreurs. En outre, il faut choisir le bon moment pour recadrer un collaborateur qui dévie du droit chemin.

Un recadrage s’impose lorsqu’un collaborateur se montre moins performant, moins efficace, lorsqu’il ne respecte plus les règles et consignes, lorsqu’il n’est plus motivé ou lorsqu’il se comporte mal au travail. Cette liste non-exhaustive vous donne une vue d’ensemble des situations types sur lesquelles vous devez intervenir.

Savoir recadrer un collaborateur

Recadrer un collaborateur, partie fondamentale du management, s’apprend et se prépare. Il faut en effet avoir en tête les lignes directrices d’un bon recadrage, sans toutefois oublier l’adaptation permanente à chaque situation. Un bon manager est un manager qui sait prendre en compte les particularités de chacun de ses collaborateurs. La raison en est simple : tous les collaborateurs n’ont pas le même tempérament, certains seront plus touchés que d’autres par les mots et la méthode que vous choisirez d’employer. Toutefois, il existe une base commune à tout recadrage réussi : le dialogue.

L’essence d’un bon recadrage : la communication

C’est connu, un bon manager est un bon communicant. Et cela vaut aussi lorsqu’il s’agit de recadrer un collaborateur.

Ainsi, la première étape pour bien recadrer un collaborateur est d’exprimer ce qui ne va pas, sans oublier de faire comprendre au collaborateur concerné que c’est bien son comportement qui pose problème et pas lui, sa personne.

L’utilisation de la CNV (Communication Non Violente) est une bonne façon d’envisager la résolution du problème. Elle se compose de 4 étapes qui sont les suivantes :

  • Exprimer la situation qui pose problème: assurez-vous que le collaborateur que vous recadrez ait bien compris ce que vous lui reprochez, montrez-lui son erreur
  • Exprimer vos sentiments face à cette situation: assurez-vous qu’il ait bien connaissance et conscience des émotions que cette situation provoque en vous (colère, stress, déception ou autres)
  • Exprimer vos besoins: clarifiez vos besoins auprès de votre collaborateur, notamment que vous avez besoin de lui ou de lui faire confiance
  • Exprimer vos attentes: formulez une demande claire qui résume ce que vous attendez de lui, suggérez-lui un objectif simple qu’il pourra atteindre pour régler la situation

Remarque : tout au long de ce dialogue, il est nécessaire et indispensable que vous utilisiez le pronom « je » , cela permet au collaborateur de saisir qu’il s’agit bien de votre ressenti et que vous vous impliquez dans la situation. Le « je » renvoie également à votre statut de manager et réaffirme votre autorité.

Toutefois, vous commettriez une grave erreur si vous envisagiez le recadrage d’un collaborateur sous la forme d’un monologue. La communication se définit en effet comme un échange d’informations, c’est pourquoi vous devez accorder un droit de parole à votre collaborateur qui est aussi votre interlocuteur.

Vous devez donc le laisser s’exprimer mais vous devez surtout l’écouter. Cela vous permet de vous assurer qu’il a bien compris la situation, le(s) problème(s) qu’elle pose, ainsi que vos attentes. Sa bonne compréhension de la situation doit l’amener à formuler des solutions concrètes et réalisables. Le fait qu’il formule lui-même une solution à la situation l’engage et peut même lui donner l’envie de l’appliquer.

Conclusion

Recadrer un collaborateur n’est pas chose facile, cela demande de l’adaptation, de la fermeté et de la douceur. Toutefois, la résolution d’un problème passe essentiellement par la communication. N’oubliez jamais cependant que la communication est un échange. Sachez aussi bien analyser la situation et vous remettre en question : parfois les erreurs des collaborateurs peuvent être dues à un mauvais management de votre part.

Vous avez aimé ce billet ? Vous voulez recevoir chaque nouveau billet directement dans votre messagerie ? 

Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 110 autres abonné·es.