Sélectionner une page

Aujourd’hui, la facilitation graphique s’invite partout. Bien que je ne sois pas facilitateur graphique, je souhaite partager et échanger sur l’usage du dessin en intervention lors de la facilitation d’un atelier avec un groupe ou tout simplement pour agrémenter un billet ou un support de présentation.

Dans ce billet, j’aborde le matériel que j’utilise, comment je procède et partager quelques-unes de mes créations. Celui va aussi évoluer dans le temps avec mes découvertes et les améliorations que j’aurais trouvé.

Matériel

Pour commencer, la photo, ci-contre, est mon Kit. Celui qui me sert pour dessiner les supports et poster utilisés lors de mes interventions de facilitation d’atelier de résolution de problème ou d’innovation collaborative, de coaching d’équipe ou de formation.

Comme je ne suis pas très bon en dessin et que je n’arrive pas à coordonner mes mouvements pour reproduire ce que je vois, alors je m’appuie sur les dessins de la méthode Bikablo. Elle est vraiment très facile ! Elle demande juste un peu de rigueur au début. N’importe qui après quelques essais arrive à un bon résultat. C’est une méthode très ingénieuse à partir d’éléments simples comme les lettres ou des traits permettent de représenter des choses plus compliquées et abstraites.

J’ai été très tôt séduit par cette approche qui m’a permis de rendre plus attractif les posters et support de mes formations et de mes ateliers de facilitation d’innovation ou de coaching d’équipe.

Le matériel que j’ai choisi :

  • Un crayon de papier HB une gomme pour tracer les éléments sur des petites feuilles ou au préalable avant un enregistrement définitif. Cela évite de refaire tout le poster si je me trompe.
  • Une paire de ciseaux pour découper des morceaux de feuille à la taille A6. (Pliage d’un A4 => A5, Pliage d’un A5 => A6). Cela permet d’avoir des petits rectangles permettant de construire un story-board !
  • Pendant un temps Neuland proposait des kits de démarrage tout prêt, mais j’ai l’impression que ce n’est plus le cas ! Donc en feutre j’utilise essentiellement :
    • 6 BigOne® Outliner (Gris, noir, bleu, orange, jaune, rouge),
    • 1 One® Outliner Noir, wedge nib 2-6 mm
    • 1 One® Outliner, round nib 2-3 mm Noir.
    • 1 One® Outliner Vert
    • 1 One® Outliner Rose
  • Pour des traits fins et pour apporter de la couleur sur petit dessin sur mes feuilles A6, des Sharpies. J’ai opté pour un noir, un rouge, un vert et un bleu.
  • Un scotch de peintre pour accrocher mon story-board et les posters.
  • L’appareil photo n’est pas nécessaire, votre téléphone fera l’affaire !

Le procédé que j’utilise pour illustrer sans texte

Façon de procéder pour illustrer un propos ou un élément dans mon poster

1) Dans un premier temps, je trace l’ensemble des éléments au crayon de papier car si je me trompe ou que je ne positionne pas correctement mes éléments dans l’espace alors j’ai encore la possibilité de changer en effacent et en dessinant à nouveau l’élément.
2) Une fois, que je trouve le dessin ok et bien positionner dans l’espace, je passe au feutre noir les éléments principaux.

 

3) J’apporte ensuite les éléments secondaires

4) Et je gomme l’ensemble du dessin avant de passer à la couleur.

5) J’apporte la couleur pour donner de l’effet.
6) Je prends une photo du résultat qui va me servir à illustre une présentation ou un article. L’exemple ici est un essai pour représenter un groupe de personnes représentant des clients.

 

Quelques exemples de l’usage que j’en fais

 

Mur des ateliers et explication faite lors d’une formation sur la facilitation et les Innovation Games.

Exemple d’un Spider Web (innovation game) sur un Produit

 

 

Nicolas DELAHAYE