Le Codéveloppement professionnel est devenu très tendance en ce moment ! Vous participez peut-être à un de ces groupes et vous trouvez que cela ne casse pas une patte à un canard. Le bénéfice d’apprentissage que vous espériez obtenir, n’est pas là. Vous avez envie de quitter le groupe de Codéveloppement professionnel. Malheureusement votre hiérarchie vous l’a imposé. Par conséquent, vous ne quittez pas ce groupe de Codéveloppement professionnel. Vous en souffrez !

Cela n’est pas une fatalité, vous êtes peut-être dans un groupe qui n’effectue pas de Codéveloppement professionnel.

C’est un peu comme ses cousins ! L’illusion de jeunesse est de croire qu’ils sont proches mais avec le temps ils s’éloignent pour devenir des cousins éloignés.

Pour de multiples raisons et avec de bonnes intentions, l’animateur a fait dériver le protocole. Il l’a tellement fait dévier que vous vous retrouvez dans un groupe qui fait autre chose, y compris, parfois, des choses brutales.

La suite de l’article fait la liste des faux amis les plus communs.

Le co-coaching ou le groupe de pairs

Le but du groupe ici est d’échanger des bonnes pratiques ou d’analyser une étude de cas présentée par l’un des participants. Souvent, il n’y a pas d’animateur du groupe et la séance d’une fois sur l’autre n’est pas structurée de la même façon.

Or pour bien profiter de tous les bénéfices du Codéveloppement professionnel, vous devez avoir un animateur bienveillant et suivre le protocole d’une façon rigoureuse.

Le groupe de résolution de problème

Le groupe souhaite résoudre un problème et aboutir à une solution de groupe en allant parfois chercher le consensus. Le groupe se concentre, alors, uniquement sur la situation actuelle qui provoque le problème. En intégrant une approche systémique dans la phase de décryptage de la situation, le protocole de Codéveloppementprofessionnelenglobe aussi la relation Client – Situation.

Une analyse du positionnement du client par rapport à son problème nous donne des pistes nouvelles de résolution de problème. Ces résolutions sont parfois à l’opposé de ce que nous aurions proposé naturellement. Et, pour couronner le tout, ces propositions naturelles viendraient renforcer le problème de notre client qui les a tentées maintes et maintes fois !

Le coaching en groupe ou coaching multi tête.

L’animateur réalise un coaching individuel de chaque participant en y intégrant les remarques ou apports des autres participants.

Comment cela se passe-t-il dans les faits ?

L’animateur provoque des interactions entre le participant coaché et les autres personnes du groupe. La provocation amène la matière de l’animateur pour coacher le client dans une situation dangereuse pour lui.

Dans ce cas de figure, l’animateur n’est plus garant du cadre mais en devient le premier acteur. La dérive retire la responsabilité de coaching des consultants envers le client. L’animateur perd l’occasion de faire progresser les consultants. Ils n’apprennent pas de façon explicite la capacité à aider le client.

Les groupes d’approfondissement de pratiques professionnelles

Ils peuvent aussi s’appeler groupes de supervision ou d’Intervision, groupe de pratiques réflexives, de soutien de pratiques professionnelles, d’échange de pratiques managériales…

Chaque groupe se structure autour de pratiques utilisant des théories psychologiques pour traiter, comme à son origine, des difficultés et des situations particulières rencontrées avec ses patients ou ses collaborateurs.

La distinction principale avec le Codéveloppement professionnel est de traiter le sujet non pas d’une façon psychologique mais systémique par l’analyse des relations qui existent dans le système. Ce sont ces relations qui provoquent le problème. De plus le Codéveloppement se caractérise par ces deux phases phares que sont :

  • La phase de contractualisation où c’est le client qui décide sur quoi et comment il souhaite recevoir de l’aide.
  • La phase d’apprentissage où le groupe consolide ses acquis de façon explicite en début de séance et en fin de séance.

Conclusion

Vous venez de le voir, beaucoup de faux amis existent ! Comme l’a écrit Albert Camus : « Mal nommer un objet, c’est ajouter au malheur de ce monde. »

Notre objet ici est le Codéveloppement. Il est codifié. Il a des règles, des principes de fonctionnement et une âme. Modifier l’un de ces constituants le dénature et diminue les bénéfices qui lui sont attribués.

Et continuer d’appeler Codéveloppement quelque chose qui ne l’est pas ne peut amener que confusion et interrogation sur le bien-fondé de cette pratique d’apprentissage.

Pour avoir en savoir plus sur le Codéveloppement, contactez-nous !

 

Vous avez aimé ce billet ? Vous souhaitez recevoir chaque nouveau billet directement dans votre messagerie ? Histoire de Réussir