L’intelligence émotionnelle tel que Daniel Goleman la défini repose sur 5 composantes : La connaissance de soi, auto-régulation, Empathie, la motivation personnelle et les compétences sociales. Ces composantes s’expriment au travers de compétences qui contribuent à la qualité des nos relations avec autrui. De plus, elles participent fortement au développement du sentiment de réussite et de confiance en soi. Pour devenir plus émotionnellement intelligent, nous devons les développer. Cela passe par une meilleure compréhension de ces compétences au travers de leur définition et de les caractéristiques.

La connaissance de soi, et la perception que nous en avons.

La connaissance de soi est la capacité à déterminer nos états intérieurs et de comprendre nos humeurs personnelles. Cela passe par :
  • La connaissance et reconnaissance de nos sentiments et ressentis qui nous habitent.
  • L’identification de nos moteurs internes, de nos forces, de nos ressources et de nos valeurs qui nous animent.
La connaissance de soi participe à renforcer notre amour-propre, notre estime de soi et notre confiance en soi. Elle favorise alors la réalisation de soi par la conscience que notre « Moi émotionnel ». Pour accroître notre capacité à surveiller notre état émotionnel, il est important de savoir identifier et nommer correctement ses émotions et de comprendre l’influence qu’ils ont sur nos pensées et nos actions.
Les indicateurs de la conscience de soi sont la confiance en soi, l’autodéveloppement et d’autoévaluation réaliste, et le fait d’être authentique agrémenté d’un sens de l’humour autodérisoire. L’acceptation de soi est la clé pour s’accepter, s’aimer et s’assumer, avec responsabilité face à soi et face aux autres.

Auto-régulation, l’expression individuelle et la maitrise de soi

L’autorégulation est la capacité de gérer l’expression de nos émotions, sentiments et ressentis et de les adapter aux différentes situations. Elle est le prolongement de la connaissance de soi. L’acceptation de l’ambiguïté et l’ouverture au changement.
L’expression individuelle est la propension à l’expression émotionnelle, l’affirmation de soi et du niveau d’indépendance.
La maîtrise de soi permet de rester objectif et calme face aux défis plutôt que d’être impulsif et d’agir sur le coup de l’émotion. Elles permettant de comprendre les impacts des émotions sur les prises de décisions.
L’expression de ces capacités est la fiabilité et honnête. Elle nous amène à s’acquitter de son travail de façon responsable et de faire preuve de souplesse devant les changements comme les idées et les informations nouvelles ou différentes. La maîtrise de ces capacités nous rend à l’aise avec nos approches.

La motivation personnelle

La motivation personnelle est un moteur interne qui va au-delà de l’argent et du statut, qui nous permet de poursuivre des objectifs avec énergie et persistance. Elle nous réconcilie entre intérêts personnels et bien communs, l’engagement face à soi-même, face à son travail, face aux objectifs d’un groupe, d’une entreprise.
Cette motivation nous amène à atteindre nos buts avec ténacité, malgré les obstacles et les revers, à faire preuve d’initiative et saisir des opportunités. Elle vient alimenter notre ardeur, notre persévérance et nous incite à l’action par soi-même. Ce qui  nous permet d’avoir : une vision de ce qui est important dans la vie, le plaisir d’accomplir une tâche, la curiosité d’apprendre, un « flux » qui vient de l’immersion dans une activité.
L’une des composantes de la motivation personnelle est la résilience. Elle est la capacité à surmonter la douleur émotionnelle et les situations adverses. Cette habilité nous donne de la force et nous permet de prospérer, peu importe l’environnement dans lequel nous évoluons. Elle transforme un échec à partir d’une information qui a de la valeur, en un apprentissage et non pas une impasse sans issue.
La responsabilité est une résultante de la motivation personnelle. Les personnes qui ont du succès sont maîtresses de leurs problèmes et de leurs erreurs, elles assument la responsabilité de leurs propres actes et travaillent pour les améliorer. Les compétences associées à la motivation sont nécessaires à quiconque aspire à développer un projet.

Empathie

C’est la capacité et les compétences en lien avec la compréhension de la structure émotionnelle des autres, c’est-à-dire la capacité de se représenter l’état mental d’autrui. L’empathie concerne l’intérêt et l’implication dans les émotions des autres, la capacité à sentir ce qu’ils ressentent.

Une personne empathique a une habileté à interagir avec les autres en fonction de leurs réactions émotionnelles et en éprouvant un intérêt authentique à leurs préoccupations. Elle utilise sa forte capacité d’écouter de l’autre et se met à la place de la personne et va chercher à en apprendre davantage sur la situation et ce que cela provoque comme sentiment et émotion. Elle capte les émotions, les sentiments et les points de vue indépendamment de tout jugement de valeur. Ce trait de personnalité représente l’un des points essentiels sur lesquels se basent les relations sociales et nous permet de les améliorer sans cesse.

Pour terminer sur l’empathie, il faut distinguer l’empathie, la sympathie et la compassion. L’empathie amène une compréhension des états affectifs d’autrui sans ressentir soi-même la même émotion. Parfois, il arrive même que la personne emphatique éprouve des émotions différentes voir opposé à ce que ressent la personne en face d’elle. Et par conséquent, l’empathie n’est pas nécessairement orientée vers le bien-être d’autrui comme l’est la sympathie. Des personnes prenant plaisir à la souffrance d’autrui ont cette capacité empathie pour sentir la souffrance chez l’autre.

Compétences sociales : bâtir et entretenir des relations humaines

La compétence sociale est un Concept englobant le domaine des comportements sociaux, l’assertivité, la gestion des états émotionnels induits par des situations interpersonnelles et la résolution des problèmes relationnels. C’est la capacité à communiquer avec autrui librement et ouvertement pour satisfaire raisonnablement ses droits, besoins, plaisirs et obligation sans empiéter sur ceux des autres.
L’assertivité qui est l’une de ces composantes, est considérée comme l’art de faire passer un message difficile sans passivité mais aussi sans agressivité. Elle n’est pas une technique mais une attitude. Elle permet d’accroître la qualité de la relation et la compréhension mutuelle, tout en initiant un cercle vertueux basé sur un rapport gagnant-gagnant.
Cela nécessite d’avoir des traits d’adaptation utile lors d’engagement dans des groupes, en respectant les droits, la propriété et les idées des autres en se maîtrisant et en ayant une image positive de soi. Les personnes ayant cette compétence sociale sont pus enclin à accepter des règles de groupe et des normes sociales.
Les compétences sociales définissent le fonctionnement social et les performances sociales d’un individu et d’un groupe d’individu.
Les facettes de la vie quotidienne sont nombreuses, et les compétences sociales sont souvent la clé de leur différence. Heureusement, les compétences sociales peuvent être apprises et développées grâce à la pratique, de la même manière que vous pouvez apprendre une nouvelle langue.
Les compétences sociales portent essentiellement sur la capacité à :
  • Exprimer ses émotions et sentiments,
  • Faire une demande,
  • Formuler un refus,
  • Exprimer une opinion,
Les leaders qui utilisent cette capacité sont habiles pour :
  • Envoyer des messages clairs et convaincants ;
  • Inspirer et guider des groupes, des personnes ;
  • Initier et gérer des changements ;
  • Résoudre des conflits ;
  • Cultiver des relations ;
  • Travailler avec les autres à des objectifs communs ;
  • Mobiliser une équipe.

Comment les développer?

Le développement de ces capacités dépend uniquement de votre aptitude à tirer des leçons des expériences vécues et des émotions qu’elles vous ont fait éprouver comme la colère, la joie, la peur, la tristesse ou le dégoût. Plus vous avez d’expérience, plus vous avec l’opportunité de développer cette intelligence émotionnelle. Malheureusement, c’est souvent une façon de faire lente, assez partielle et pas toujours garantie.
D’autre part, les façons traditionnelles d’acquisition d’une compétence comme lire un livre, suivre une formation ou écouter une conférence ne fonctionnent pas pour l’Intelligence Émotionnelle. Lors de l’acquisition par ces mécanismes s’adresse principalement au siège du raisonnement analytique et des habiletés techniques (néocortex). Il arrive parfois que nos apprentissages soient plus colorés et viennent enrichir notre système limbique qui est le siège de nos émotions.
Hors, c’est bien le système limbique qu’il faut sollicité pour accroître les composantes de l’intelligence émotionnelle. Cela requiert du feedback continu, des pratiques ciblées et régulières et l’accompagnement par une tierce personne capable de guider le processus de développement…
Il va bénéficier au leader lui-même, par son développement personnel et professionnel. De par sa position de leader, ce développement va aussi contribuer à une meilleure performance de toute l’organisation par un effet de cascade.

Un Exercice d‘auto-évaluation  et d’auto-développement

  1. Auto-évaluez chacune des compétences sur une échelle de 1 à 10
  2. Pour la compétence qui aura reçu la plus basse note, définissez  une action à réaliser lors de la prochaine semaine pour que vous puissiez obtenir une meilleure note à votre prochaine auto-évaluation.
  3. Ensuite, répondez aux questions suivantes :
    • De quelle manière cette action contribuera-t-elle à votre leadership?
    • Comment saurez-vous que vous avez fait un pas significatif dans cette direction à la fin de la semaine prochaine?
    • Quels sont les défis et obstacles potentiels à la réussite de cette action ? comment pourriez vous les contourner ou les relever ?
    • Quels sont les ressources à votre disposition pour réaliser cette action ?

Vous avez aimé ce billet ? Vous souhaitez recevoir chaque nouveau billet dans votre messagerie ? Histoire de Réussir