Le recrutement est une étape clé du développement d’une entreprise. Il présente des enjeux importants, notamment pour les petites organisations. Or, recruter la bonne personne n’est pas évident et les erreurs sont fréquentes.

Toutefois, il existe des processus, méthodes, techniques et outils pour réussir un recrutement. Si le recrutement n’est pas une science exacte, il peut devenir un acte managérial rationnel.

Laissez-nous vous guider sur le chemin de la réussite.

Pourquoi recruter ?

Un recrutement peut être nécessaire dans différentes situations : le départ d’un collaborateur ou bien la croissance de l’entreprise. Dans tous les cas, le recrutement est signe de bonne santé de la structure.

Les ressources humaines constituent un des plus importants piliers de l’entreprise, c’est pourquoi vous ne devez en aucun cas les négliger en embauchant le mauvais candidat ou, par souci financier, en n’embauchant personne pour des tâches qui sont à faire.

Comment recruter ?

Un recrutement est un processus en trois étapes suivantes :

  • Rédaction de la fiche de poste,
  • Recherche de la perle rare,
  • Intégration du nouveau collaborateur.

La fiche de poste

Il n’est pas rare de pouvoir anticiper l’échec d’un recrutement dès la première étape. En effet, celle-ci ne doit JAMAIS être négligée. Lorsque vous rédigez la fiche de poste que vous allez mettre à disposition de vos futurs candidats, vous devez y préciser, avec soin et après réflexion, le profil du candidat recherché, les qualifications et compétences qu’il doit avoir, les missions qu’il sera amenées à accomplir, mais aussi la méthode que vous emploierez pour le recruter (en présentiel, par lettre de motivation…). Mais également, et c’est là souvent que le bât blesse, une présentation complète et sincère de votre société pour aider le candidat à s’y projeter et à se demander si réellement il pourrait bien s’y sentir. Précisez la taille de votre structure, ses ambitions de croissance et ses valeurs, point essentiel pour les collaborateurs aujourd’hui qui ont envie d’être en adéquation avec leur société.

La recherche

La recherche de la perle rare est la partie la plus dense, intense et chronophage du processus de recrutement. Elle est ponctuée d’entretiens, de rencontres et de discussions desquelles vous devez tirer les bonnes informations, celles qui vous seront utiles et vous aideront dans votre choix final.

Pour cela, vous devez savoir poser les bonnes questions. Par exemple, votre entreprise est innovante et avant-gardiste, vérifiez l’esprit créatif de votre candidat par une question ou un challenge de création en présentiel dans un temps limité. Cela vous permet aussi de vérifier les compétences que les candidats assurent avoir. Si le management gagne à être basé sur la confiance, pour le recrutement, c’est tout l’inverse, car vous ne connaissez pas encore la personne que vous auditionnez.

Pour le reste, vous devez aussi compter sur votre feeling, votre première impression et l’expérience que vous aurez vécue pendant l’entretien. Cela vous permet de commencer à cerner les soft skills du candidat qui sont aussi importantes aujourd’hui que les hard skills.

Enfin, si vous doutez, si vous n’êtes pas totalement convaincu par le candidat, passez au suivant : le recrutement présente trop d’enjeux réels pour laisser place au doute.

L’intégration

L’ultime étape du recrutement, l’intégration, n’est pas non plus à négliger. La première impression est souvent la bonne et la plus importante. C’est pourquoi vous devez soigner l’arrivée de votre nouveau collaborateur, le mettre à l’aise pour son premier jour, lui présenter les équipes, son lieu de travail, passer du temps avec lui, lui expliquer de nouveau ses missions et son rôle dans l’entreprise et répondre à toutes les questions qu’il pourrait encore se poser. De cette façon, il aura envie de revenir le lendemain et le surlendemain, et mettra de la bonne volonté à intégrer sa nouvelle équipe et à mener à bien ses missions. Si vous menez avec brio l’accueil de ce nouveau collaborateur, vous le placerez dans un cercle vertueux et vous pourrez dire que vous avez réussi votre recrutement.

Quelles peuvent être les conséquences d’un mauvais recrutement ?

Un mauvais recrutement peut avoir des conséquences très lourdes pour l’entreprise, en termes financiers et organisationnels, et pour les plus petites, là où chaque collaborateur est un pilier, il peut être désastreux.

En termes financiers, on compte déjà le coût du recrutement, tout un processus à relancer et du temps à y consacrer, donc une perte de chiffre d’affaires. Mais peut aussi s’y ajouter le coût du licenciement, dans le cas où vous décideriez de vous séparer de ce mauvais nouveau élément, mais aussi le coût de solutions alternatives tel le recrutement d’un intérimaire ou autre.

En termes organisationnels, un mauvais recrutement peut impacter l’ambiance de travail, la cohésion de l’équipe, le climat social et donc le confort des collaborateurs, entraîner leur démotivation et baisser leur productivité.

Vous l’aurez compris, en matière de recrutement, vous n’avez (presque) pas le droit à l’erreur. Si vous doutez, vous pouvez toujours faire appel à des professionnels du recrutement qui vous conseilleront dans votre démarche et vous aideront à faire le bon choix.

Conclusion

Recruter un nouveau collaborateur est une étape importante pour l’entreprise. Les ressources humaines sont en grande partie à l’origine de la réussite ou de l’échec d’une société.

En outre, gardez à l’esprit qu’un recrutement ne doit pas laisser de place au doute : si vous doutez, c’est que ce n’est pas le bon. Ne prenez pas de risque, un mauvais recrutement peut être désastreux, et en outre, il est plus facile (et moins coûteux) de dire non à un candidat que de se séparer d’un collaborateur en place.

Vous avez aimé ce billet ? Vous voulez recevoir chaque nouveau billet directement dans votre messagerie ? 

Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 19 autres abonné·es.